• Colette — La chatte

    La chatte


             

    Titre : La chatte

    Auteure : Colette

    Première parution : 1933

    Édition lue : Le livre de poche (2004)

    SYNOPSIS

    « Le roman relate la passion d'un jeune homme, Alain, pour son animal de compagnie, Saha, une fascinante chatte de la race des Chartreux.

    Jeune marié, il reste impénétrable aux yeux de sa femme, Camille, qui se prend de jalousie pour la chatte, la favorite insurpassable.

    Dès lors, pour l'amoureuse délaissée, aucun procédé ne sera trop brutal pour écarter l'animal de son chemin. » 

     

    Sidonie-Gabrielle Colette, dite Colette, née le 28 janvier 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) et morte le 3 août 1954 à Paris, est une femme de lettres française, connue surtout comme romancière, mais qui fut aussi mime, actrice et journaliste. Après Judith Gautier en 1910, Colette est la deuxième femme élue membre de l’Académie Goncourt en 1945. C'est son premier mari qui la poussera à écrire la série des Claudine, sa première concrétisation littéraire.

    « Les fautes de chat sont des sortes d’erreurs sportives, des défaillances imputables à l'état de civilisation et de domestication... Elles n'ont rien de commun avec des maladresses, des brusqueries presque voulues... »

    Je lis beaucoup certains auteurs en ce moment, vous l'aurez remarqué, et les feus verts pleuvent littéralement... C'est triste, l'enjeu pour moi étant d'être avant tout critique, mais je ne peux que m'incliner devant de tels ouvrages. Je choisis peut-être trop bien mes lectures. D'un autre côté, je me vois difficilement acheter un navet pour en faire une tout aussi mauvaise critique pour la doubler d'un beau feu rouge...

    « Je te répondrai que je tiens à Saha, que ta jalousie serait la même à peu près si j'avais gardé une chaude affection pour un ami d'enfance. » 

    On a ici un court roman de cent cinquante pages environ, qui met en scène un ménage dévasté par la seule présence d'un animal : le chat, et ainsi les rapports qu'ils entretiennent avec ce futur « maudit félin », avec toutes les extrémités qui s'ensuivent. À ce sujet, je trouve dommage que l'édition que j'ai lue et dont la couverture est imagée plus haut, livre des informations capitales sur une des seules actions présentes dans ce roman — il faut savoir que les romans de Colette sont bien souvent très statiques et misent l'intrigue entière sur un ou deux événements crucial/aux. Je n'ai donc pas recopié la quatrième de couverture, vous pouvez cependant aller la chercher ailleurs, mais je vous le déconseille en ce sens qu'il s'agit d'un odieux spoiler. Il est compréhensible toutefois (arguments de vente...).

    « Lorsqu'en changeant de posture Alain lui retira son bras, elle reçut de lui une caresse inconsciente qui, glissant par trois fois sur sa tête, semblait habituée à lisser un pelage plus doux encore que ses doux cheveux noirs. »

    Alain se désintéresse totalement de sa femme, Camille, le phénomène s'aggrave et celle-ci devient jalouse de la belle et douce Saha. L'écriture, comme toujours, est extrêmement fine, ici je l'ai trouvée presque inquiétante par moments... Un Stephen King se cachait en Colette, c'est certain. Je ne peux concevoir que la beauté des passages descriptifs de Colette puisse lasser quelque lecteur que ce soit, c'est tout bonnement inimaginable. Adoratrice des animaux, elle avait pour habitude d'écrire en leur compagnie, et à présent de les insérer dans ses romans d'une main de maître — celui des relations conjugales notamment, la dimension psychologique de l'œuvre étant assez manifeste.

    « Mais elle ne pouvait pas comprendre que l'humeur sensuelle de l'homme est une saison brève, dont le retour incertain n'est jamais un recommencement. »

    Un très bon et félin moment passé entre les lignes de cette grande écrivaine. La forme et l'intrigue, très originaux, nous transportent au cœur d'un monde banal mais enjolivé de toutes parts par une laideur camouflée en ornement...

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :