• Euphémisme

    Comme mon dernier article tentait savamment de le raconter, mon envie d'écrire pour arguer est montée au ciel.

    Peut-être descendra-t-elle, je n'en dis rien ; je n'en sais pas grand-chose. Toujours est-il qu'il me serait compliqué de commenter les chef-d’œuvres que je lis ; je ne pourrais qu'écrire sur ce que j'ai ressenti, et cela fait déjà longtemps que j'ai lu ce que j'avais à lire pour le blog. Je ne me sens plus apte à dire, à exprimer, à traduire peut-être aussi ce qui se déroule lorsque je découvre de nouvelles lignes. Peut-être pas légitime. Comment mettre une couleur à Sarraute, à Nabokov, à Balzac ? Pourtant, c'était là précisément ce que je trouvais amusant.

    Le pire, c'est que j'ai bien conscience que je reçois plus de vingt visites par jour alors que cela fait plusieurs mois que je ne produis plus rien : une honte. On s'intéresse à moi et je ne suis pas capable, enfin, j'ai le trac. Merci en tous les cas de rester fidèles à ce site.

    Ceci posé, je fais le serment de m'y remettre prochainement. Il faudra tout de même prendre en compte le fait que j'aie été sevré, voilà tout.

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :